Pourquoi créer un réseau ? Partie 1

Publié le 30 Août 2018

Nous trouvons régulièrement dans la littérature des articles et des conseils sur le comment développer son réseau. Mais rares sont les informations sur le pourquoi créer un réseau. C’est le sujet que nous allons développer grâce à une série d’articles sur la question. Dans cette première partie, nous allons mettre en lumière les différents types de réseaux possibles pour un entrepreneur. 

Identifier les différents types de réseaux

Un entrepreneur ayant la volonté de se développer a comme premier réflexe de créer ou d’acquérir des succursales. Il constitue un réseau intégré. Si son plan de développement est ambitieux, il est confronté à des problèmes d’insuffisance de moyens financiers et humains et surtout, il connaît un développement plus lent.

Des entrepreneurs astucieux, observant l’évolution des pratiques commerciales, ont eu l’idée de baser la croissance de leur activité sur l’instauration de nouveaux rapports contractuels avec des structures indépendantes déjà présentes sur le terrain, s’agissant souvent de clients ou de concurrents.

Les différents types de réseaux :

La franchise

La franchise, de loin le type de réseau le plus répandu, prévoit que le franchiseur confie l’utilisation d’un concept original à ses franchisés. Il s’agit de la transmission par le franchiseur au franchisé de son savoir-faire, de sa marque, d’une assistance et de l’autorisation de distribuer ses produits ou services. En contrepartie, le franchisé paie une redevance et renvoie les informations au franchiseur. Il s’agit de la formule la plus stricte et directive, mais aussi la plus sécurisante.

Le contrat de distribution sélective

Le simple contrat de distribution sélective, par lequel un distributeur sélectionné, écoule les produits ou les services du fournisseur, il reçoit un agrément. Le commerçant conserve une grande indépendance, mais la formule est précaire et ne procure que peu de protection juridique.

La licence de marque

La licence de marque permet au licencié de distribuer un produit ou un service sous la marque du fournisseur contre rémunération.

La concession

La concession impose au concessionnaire de ne pas commercialiser des produits concurrents du fournisseur concédant. En général exclusive, elle protège le concessionnaire sur une zone délimitée. Le concédant concède un droit de distribution exclusive de ses produits sous sa marque.

Le partenariat

Le partenariat est une forme plus consensuelle de la franchise. Cela reste une appellation floue, les décisions relèvent parfois d’une gestion participative des partenaires réunis en commission.

Les coopératives

Le pouvoir de décision des coopératives est attribué à la base sur le principe « un homme une voix ». Il s’agit souvent de coopératives d’achat qui ne demandent ni n’accordent d’exclusivité. C’est une formule plus souple et plus démocratique que la franchise.

Les chaînes volontaires

Les chaînes volontaires reposent sur des conditions d’achats groupés et des économies d’échelles pour leurs adhérents.

Le groupement d’intérêt économique

Le groupement d’intérêt économique est une formule très souple et peu centralisée qui convient à de petits réseaux locaux.

La commission-affiliation

La commission-affiliation représente un système de dépôt-vente de marchandises chez un commerçant. C’est une forme de développement assez récente.

Afin de vous aider à créer et à développer de tels réseaux, des conseils extérieurs peuvent être bénéfiques. N’hésitez pas à faire appel à un expert pour lancer votre activité dans de bonnes conditions.

Cet article vous a été proposé par Pierre Recoupé, conseil en création et développement de franchise chez Progressium.

Le blog de la franchise : le média des franchiseurs

Retrouvez toute l'actualité de la franchise, des fiches pratiques et des conseils d'experts pour créer et booster votre franchise.