Franchiseurs, comment bien qualifier vos candidats ?

Publié le 11 Juin 2020

Si beaucoup de franchiseurs se plaignent de recevoir de moins en moins de candidatures, d’autres croulent sous les demandes et ont du mal à bien suivre leurs candidats à la franchise. Comment faire le tri de façon efficace, dans l’intérêt du réseau et de vos postulants ? Benoît Duchange, associé Progressium spécialiste de la structuration de concept, fait le point dans cet article.

Site du franchiseur, portails dédiés à la franchise, salons, réseaux sociaux et autres moyens digitaux… le développeur d’un concept attractif traite en permanence un flux de demandes au risque de s’y noyer. Le premier tri est facile : l’échec des relances téléphoniques, les simples demandes de renseignements, les aléas des critères de recherche, les « lapins » posés aux rendez-vous… éliminent au moins 60% des demandes.

Pour les 40% encore en lice, vous devez donc être rigoureux pour éviter de vous essouffler avec des candidatures improbables qui vous feront perdre votre temps et surtout, si elles aboutissent, risquent de conduire à l’échec.

 

Une candidature de futur franchisé doit être qualifiée si – et seulement si – elle répond à chacun de ces 3 critères :

L’appétence pour le concept

Il ne suffit pas de vouloir entreprendre et de disposer des compétences et de l’expérience nécessaires, il faut avoir envie de travailler pour le concept, d’accepter les contraintes du métier, aimer ses clients…

La capacité de financement

Entreprendre sans argent, c’est impossible ! « On ne prête qu’aux riches » : les banques rejettent systématiquement les dossiers de demande de crédit dont elles estiment l’apport personnel insuffisant.

Il convient donc de classer les dossiers qui ne respectent pas strictement cette contrainte.

L’envie de collaborer

Enfin il faut que le candidat à la franchise et le franchiseur répondent à une vraie question : « Avons-nous envie de travailler ensemble ? ».

Un contrat de franchise ouvre une collaboration pour plusieurs années, avec des engagements contraignants. Les relations personnelles entre le franchiseur et les franchisés sont primordiales pour la bonne marche du réseau dont la vie ne doit pas être perturbée par des mésententes personnelles.

Vous avez validé l’appétence pour le concept et le métier de franchisé, la capacité de financement et l’envie de travailler ensemble ? Alors vous pouvez poursuivre l’étude du projet avec le candidat.

 

Franchiseurs, vous souhaitez booster le recrutement de vos franchisés ?
Contactez-nous !

 

Le blog de la franchise : le média des franchiseurs

Retrouvez toute l'actualité de la franchise, des fiches pratiques et des conseils d'experts pour créer et booster votre franchise.