Est-ce le bon moment pour devenir franchiseur ?

Publié le 12 Nov 2020

Actuellement en pleine crise sanitaire, alors que tous les commerces non essentiels sont fermés, il semble difficile pour les entreprises, les investisseurs et les porteurs de projets d’avoir confiance en l’avenir. Certes l’économie française tourne au ralenti à cause de la pandémie mais paradoxalement le modèle de franchise va à nouveau montrer sa capacité à permettre de rebondir.

Voici quelques pistes de réflexion que Progressium vous livre :

1/ Le rebond sera fort

La forte reprise du PIB au 3e trimestre après le premier confinement démontre que dès que la pandémie sera stoppée ou maîtrisée, grâce notamment à l’arrivée des vaccins, il y aura à nouveau une forte croissance.

Les enseignes qui auront su anticiper ce rebond en continuant le développement de leur réseau seront les premiers bénéficiaires.

Par ailleurs, pour accélérer ce rebond, Emmanuel Jury (Président de Progressium) observe que le coût de beaucoup d’emplacements commerciaux a déjà (ou va) fortement baissé. En effet, de nombreux indépendants auront dû mettre la clé sous la porte, c’est l’occasion pour les franchisés de se lancer avec des locaux commerciaux vides à des prix plus attractifs.

2/ Des secteurs sont bénéficiaires de la crise

Certaines franchises ont même réussi à augmenter leur chiffre daffaires par rapport à la même période, lan dernier.

Comme toutes les crises, la pandémie a rebattu les cartes, certains secteurs sont même « bénéficiaires ». Jean-Paul Zeitline (fondateur de Progressium) remarque que « parmi nos clients franchiseurs, l’engouement est fort autour de plusieurs grands secteurs de la franchise :

  • Les concepts de l’équipement ou de l’amélioration de la maison et du jardin : Belvue, Garden Park Concept, Maclem, Ozae, Ze Plombier..) ;
  • Les concepts alimentaires, santé, bio ;
  • Les concepts novateurs par une démarche éco responsable : Nous anti gaspi, Nature O CBD… ;
  • Les concepts qui privilégient les achats malins : Place des énergies, Kiloshop… ;
  • Les concepts de services aux particuliers : Age d’or Services, Babychou Services, Senior Compagnie… ».

3/ La demande de franchise sera très forte

La crise sanitaire va accélérer les mutations, les fermetures d’entreprises et participer à l’augmentation du chômage. Cette période sera pour beaucoup de salariés au chômage, le moment de réfléchir à leur situation, de prendre en main leur destin et de franchir le pas de l’entrepreneuriat. Nous le constatons déjà : les prises de contact de candidats à la franchise sont en forte augmentation, les webinars des bons franchiseurs sont pleins.

L’accompagnement de ces nouveaux franchisés sera primordial, ils auront besoin d’être rassurés et accompagnés. Les franchisés rejoignent un réseau car ils ne veulent pas être seuls. Le rôle des futurs franchiseurs sera de transmettre, au-delà de leur concept et de leur savoir-faire, une confiance en l’avenir.

La crise crée des opportunités, il faut en profiter pour ne pas le regretter. Le franchiseur est un entrepreneur et son optimisme permet de faire avancer les choses. Par conséquent, si vous êtes un entrepreneur avec pour projet de développer votre entreprise, c’est peut-être en pleine crise que se situe le meilleur moment pour devenir franchiseur.

 

Franchiseurs, vous souhaitez booster le recrutement de vos franchisés ?
Contactez-nous !

 

Le blog de la franchise : le média des franchiseurs

Retrouvez toute l'actualité de la franchise, des fiches pratiques et des conseils d'experts pour créer et booster votre franchise.