comment estimer les droits d'entrée

comment estimer les droits d'entrée

Quand on a décidé de transformer son entreprise en réseau de franchise, il est important de ne pas se tromper et bien estimer les droits d’entrée pour ses futurs franchisés. Si celles ci sont trop élevées, on risque d’éloigner des candidats valides mais peu fortunés. Et si les sommes perçues ne sont pas suffisantes, le réseau est condamné ! Dans cet article, nous voyons avec vous quels facteurs un franchiseur doit prendre en compte.

La raison d’être des droits d’entrée est principalement d’amortir les coûts du marketing, de la communication, de l’assistance initiale aux franchisés et de la formation des nouveaux venus. Pour les estimer correctement, vous devez faire le total des dépenses nécessaires au recrutement d’un franchisé (salaires, publicité, stages, études de marché, etc.).

 

1. Des droits d’entrée en phase avec la rentabilité du Franchisé

Les droits d’entrée doivent être proportionnels au chiffre d’affaires potentiel et à la marge bénéficiaire d’un point de vente, et amortissables sur la durée du contrat de Franchise (5 ans en moyenne). N’oubliez jamais qu’un franchisé qui réussit est un franchisé qui gagne sa vie !

 

2. Les précautions à prendre  

N’espérez pas vivre de vos droits d’entrée. Si vous pouvez faire un petit bénéfice à chaque nouvelle franchise vendue, vous ne devriez pas compter sur cet argent pour générer un chiffre d’affaires. Le gros de vos revenus viendra des redevances versées par des partenaires qui connaissent le succès !

Les droits d’entrée ne sont pas invariables. Rien ne vous empêche d’établir une somme relativement modeste au commencement de votre activité de franchiseur, puis d’augmenter les droits d’entrée au fil de votre carrière. En effet, les sommes que vous demandez devraient toujours refléter la valeur de votre enseigne et le succès de la marque.